Comment Faire Bouillir De L’Eau Plus Vite?

Comment Faire Bouillir De L
Comment faire

  1. Remplissez votre bouilloire avec 1,5 litre d’ eau.
  2. Mettez la bouilloire en marche pour faire chauffer l’ eau.
  3. Allumez votre plaque de cuisson pour qu’elle commence à chauffer.
  4. Quand la bouilloire s’arrête, mettez la casserole sur la plaque chaude.
  5. Versez l’ eau bouillante dans la casserole.

Est-ce que le sel fait bouillir l’eau plus vite ?

Vrai ou faux – 1. Le sel augmente la température d’ébullition de l’eau de cuisson des pâtes VRAI. Le sel augmente la température d’ébullition de l’eau, mais dans le cas de la cuisson des pâtes, l’effet est tout à fait négligeable. La quantité recommandée varie selon le continent: en Amérique du Nord, les fabricants de pâtes alimentaires recommandent d’utiliser 15 ml (1 c.

à soupe) de sel et 5 litres (20 tasses) d’eau pour 500 g (1 lb) de pâtes sèches. Les fabricants européens sont plus généreux. Ils proposent la règle «dix, cent, mille», c’est-à-dire d’utiliser 10 g de sel (environ 10 ml/2 c.

à thé) pour 100 g (3,5 oz) de pâtes dans 1000 ml (4 tasses) d’eau. Même à cette concentration de sel, la température d’ébullition de l’eau augmente d’à peine 0. 2°C, une différence minime qui influe ni sur le temps de mise en ébullition ni sur le temps de cuisson.

Alors pourquoi saler l’eau de cuisson? Simplement pour donner du goût. Le sel limite aussi le gonflement de l’amidon (appelé «gélatinisation») à la surface des pâtes, les empêchant de devenir trop collantes.

Doit-on saler l’eau avant ou après l’ébullition? Il est conseillé de le mettre après, car du sel ajouté à une eau froide peut se déposer au fond de la casserole et causer des «piquûres», une forme de corrosion du métal. Pour prévenir les piqûres, il suffit de brasser l’eau pour encourager la dissolution du sel.

Il ne faut jamais saler un steak avant la cuisson FAUX. Ce mythe prétend que saler avant la cuisson fait dégorger la viande (faire perdre une partie de ses jus), ce qui, d’une part, dessécherait sa chair et, d’autre part, rendrait sa surface mouillée et donc plus difficile à faire brunir à la cuisson.

Or, ce qu’il faut comprendre, c’est que le sel agit en surface seulement: la quantité d’eau extraite par le sel est minime et sans effet notable, ni sur la quantité de jus, ni sur le brunissement. Libre à vous de saler avant la cuisson, après la cuisson ou.

les deux! 3. Le sel aide à conserver la couleur des légumes verts VRAI. Les légumes verts doivent leur couleur à la chlorophylle, présente dans leurs cellules. Au centre de la molécule de chlorophylle (dont la structure s’apparente à celle de l’hémoglobine) se trouve un atome de magnésium.

Pourquoi les légumes verts changent-ils de couleur à la cuisson? Parce que, durant la cuisson, l’atome de magnésium se fait remplacer par des atomes d’hydrogène provenant de composés acides présents, eux aussi, dans les cellules végétales. Cette petite modification change la couleur de la chlorophylle qui vire au jaune brun.

Or des études ont montré que l’ajout de sel à l’eau de cuisson de légumes tels que les haricots verts et les épinards protège la chlorophylle, probablement en empêchant les atomes de magnésium d’être perdus.

Mais, surtout, ne vous précipitez pas pour autant sur la salière, car l’effet est vraiment subtil. Le meilleur moyen de conserver la couleur des légumes verts est de les cuire le moins longtemps possible, idéalement moins de 5 à 7 minutes. Une sauce trop salée peut être corrigée par l’ajout de tranches de pommes de terre FAUX.

Il est vrai que les tranches de pommes de terre absorbent un peu du liquide de cuisson et, avec celui-ci, le sel qu’il contient. Mais la pomme de terre n’est pas sélective: elle n’absorbe pas uniquement le sel.

Que faire, donc, pour corriger une sauce trop salée? La solution idéale consiste à retirer une partie de la sauce et diluer la partie restante avec son ingrédient de base (lait, bouillon, vin, jus de tomate. Si la sauce devient trop claire, il suffit de l’épaissir avec un peu de fécule ou de farine.

  • L’eau salée met plus de temps à bouillir que l’eau pure VRAI;
  • Mais aux concentrations de sel normalement utilisées en cuisine, la différence serait de quelques secondes;
  • Pour augmenter la température d’ébullition de l’eau d’un seul degré Celsius (1;

8°F), il faudrait ajouter 58 grammes de sel, soit environ 60 ml (1/4 tasse) par litre (4 tasses) d’eau! Mais alors, pourquoi l’eau bouillante dégage-t-elle soudainement des bulles lorsque l’on y ajoute du sel? Tout simplement parce que des bulles se forment à la surface des cristaux de sel juste avant leur dissolution.

Le même phénomène se produirait en ajoutant du sucre ou même du sable fin. Le sel stabilise les blancs en neige FAUX. Contrairement à ce que l’on entend parfois, le sel n’a aucun effet sur la tenue des blancs.

Il peut même nuire à leur stabilité. Les blancs d’oeufs montent en neige lorsque leurs protéines, normalement enroulées sur elles-mêmes, se déroulent puis s’attachent entre elles autour des bulles incorporées par le fouet. Ces liaisons sont essentielles à la stabilité de la mousse.

  1. Or, lorsque le sel se dissout dans les blancs d’oeufs, il se dissocient ses deux parties, le sodium (NA+) et le chlore (CL-);
  2. Ces ions chargés électriquement sont attirés à la surface des protéines, les empêchant de se lier;

S’il faut ajouter du sel à des blancs en neige pour le goût, mieux vaut le faire une fois que les blancs sont montés en neige. Pour réellement stabiliser les blancs d’oeufs en neige, utilisez plutôt de la crème de tartre. Le sel empêche les légumineuses de ramollir à la cuisson FAUX.

En vérité, les légumineuses vont cuire plus rapidement si le sel est ajouté à l’eau de trempage. Comment? En agissant sur la pectine, l’équivalent végétal du béton, qui cimente les cellules les unes aux autres.

À l’intérieur de ce béton végétal se trouvent des «ponts» de magnésium qui renforcent la structure de la pectine. Or, lorsque les légumineuses sont mises à tremper dans l’eau salée (environ 10 ml/2 c. à thé de sel par litre/4tasses d’eau), le sodium provenant du sel d.

place les ponts de magnésium, ce qui affaiblit la structure de la pectine. Au moment de la cuisson, la pectine se dégrade plus facilement et les légumineuses cuisent plus rapidement. L’ajout d’un peu de sel pendant la cuisson est facultatif, mais n’empêche pas l’amollissement.

Le sel réduit l’amertume des aubergines VRAI. Mais il n’agit pas comme vous le croyez! Les aubergines sont parfois saupoudrées de sel pour les dégorger (c’est-à-dire extraire une partie de leur eau) et réduire leur amertume. La théorie veut que l’eau entraîne avec elle une partie des molécules responsables de l’amertume (des alcaloïdes).

  • Or, s’il est vrai que les aubergines perdent une partie de leur eau, il n’est pas certain qu’elles perdent de leurs molécules amères;
  • On croit plutôt que c’est la perception de la saveur amère qui est changée;

Des recherches ont en effet montré que le sel (c’est-à-dire sa partie sodium) peut atténuer l’amertume des aliments et boissons, tout en augmentant l’intensité de leur saveur sucrée (voyez «Il faut goûter pour y croire»). Si l’aubergine dégorgée a un goût moins amer, c’est que le sel joue des tours à vos papilles gustatives! 9.

  • Le sel n’est pas essentiel dans les desserts et pâtisseries VRAI;
  • Le sel ne tient pas un rôle fonctionnel important dans les desserts et pâtisseries;
  • Préparés sans leur habituelle pincée de sel, les gâteaux lèveront, les pâtes brisées seront tout aussi feuilletées et la crème caramel sera aussi onctueuse;
You might be interested:  Qui Fabrique Le Fromage?

Mais qu’en est-il du goût? Le sel modifie le goût des aliments: il atténue l’amertume, mais rehausse les arômes. Dans une recette préparée avec un peu de sel (il n’en faut pas beaucoup), le goût de la vanille, du chocolat, du beurre ou de tout autre élément aromatique semble plus présent.

Pourquoi mettre de l’eau froide pour faire bouillir ?

La solution – Si votre recette requiert l’ajout d’eau chaude, utilisez de l’eau que vous aurez fait bouillir et refroidir un peu au besoin. Pour la cuisson des pâtes ou du riz, débuter à l’eau froide et amener à ébullition. Vous réduirez ainsi l’exposition au plomb et aux contaminants.

Comment bien faire bouillir l’eau ?

13 – Quand doit-on cesser de faire bouillir leau? – Vous pourrez cesser de faire bouillir leau lorsque le responsable de votre rseau vous avisera que cette mesure nest plus ncessaire. Lors dun avis dbullition de leau, le responsable du rseau doit effectuer des vrifications et apporter les correctifs ncessaires afin dassurer la qualit de leau potable. .

Est-ce que l’eau chaude boue plus vite ?

Re : eau chaude/eau froide – En fait je pense qu’il s’agit d’expliquer pourquoi l’eau chaude a une temperature d’ebullition plus leve que celle de l’eau froide; ce qui s’explique par le fait que l’eau chaude est plus pure que l’eau froide car elle contient moins de gaz dissous qui jouent donc le rle d’impurets.

Experimentalement l’eau froide boue 96 degs 25 et l’eau bouillie (donc “distille”) 100 dans les meme conditions. C’est le mme dlire quand on rajoute du sel pour faire cuire des ptes, on abaisse la temprature de changement d’tat.

NB : C’est peut tre incorrect de dire “plus vite” dans l’nonc car une eau 60 atteindra peut etre plus vite les 100 d’ebullition qu’une eau 20 atteindra ses 96 de vaporisation, mais on peut dire que l’eau plus froide bouera avant l’eau chaude en terme de seuil de temperature.

Pourquoi le sel fait bouillir l’eau ?

L’ajout de sel, comme d’ailleurs d’autres substances solubles, augmente température à laquelle l’ eau commence à bouillir. Une fois dans l’ eau, Ies ions chlorure et sodium s’entourent de molécules d’ eau dont ils entravent le mouvement, les empêchant de quitter le liquide.

Pourquoi mettre du sel dans l’eau bouillante ?

On a tous nos raisons de saler l’eau de cuisson des pâtes. J’ai cru pendant longtemps que ce simple geste diminuait le point d’ébullition de l’eau, faisant en sorte que j’attendais un peu moins longtemps le moment de déposer délicatement mes précieux spaghettis dans la casserole.

Or, j’avais tout faux. Peut-être êtes-vous de ceux qui croyez que le sel augmente plutôt le degré d’ébullition de l’eau? Et si l’eau est plus chaude, ça accélère la cuisson des pâtes, non? Eh bien, vous avez partiellement raison là-dessus.

Le sel rehausse effectivement la température d’ébullition de l’eau. mais de quelques dixièmes de degré seulement. Ça prend donc un tout petit peu plus de temps amener de l’eau salée à ébullition, par rapport à de l’eau non-salée. Le temps de cuisson reste pratiquement le même.

  1. On pourrait donc croire que saler l’eau de cuisson des pâtes ne sert à rien;
  2. Or, ce n’est pas le cas;
  3. Les pâtes absorbent un peu du sel de l’eau de cuisson;
  4. Ainsi, saler l’eau de cuisson «ajoute du goût», en quelque sorte;

Pour être exact, le sel intensifie la perception des saveurs. Le sel dans l’eau de cuisson empêche également les pâtes de devenir trop collantes, en limitant le gonflement de l’amidon. Ainsi, si votre bon «spagatte» est aussi bon, c’est un peu grâce au sel dans l’eau de cuisson.

Qu’est-ce qui gèle le plus vite l’eau chaude ou l’eau froide ?

Intox! – L’eau chaude gèle plus vite que l’eau froide. Enfin… Dans certaines conditions. Il s’agit d’un phénomène connu depuis très longtemps, mais qui n’est pris au sérieux par la communauté scientifique depuis les années 1960. Il faut dire qu’il est très difficile à reproduire expérimentalement et semble  a priori remettre en question les lois de la thermodynamique.

Le phénomène est connu et reconnu aujourd’hui. On l’appelle l’effet Mpemba. Jusqu’à tout récemment, on avait plusieurs hypothèses pour expliquer ce phénomène étonnant sans trop savoir laquelle était la bonne.

J’ai le plaisir de vous livrer un petit scoop (Podcast Science semble effectivement être le premier à l’annoncer dans la langue de Molière): le mystère est résolu grâce à un doctorant croate de 26 ans, Nikola Bregović, qui a systématiquement examiné toutes les pistes et a pu toutes les écarter sauf une, pour laquelle il a pu produire des évidences.

Qu’est-ce qui boue le plus vite ?

Les gens ont coutume de dirent que l’eau salée boue plus vite que l’eau sans sel (NaCl sel de cuisine).

Pourquoi ne pas mettre de l’eau chaude dans la casserole ?

« Mieux vaut utiliser l’ eau froide pour faire la cuisine », dit la toxicologue Tamaro Diallo, qui explique que l’ eau chaude du robinet est plus susceptible de contenir des contaminants et des métaux toxiques, notamment parce que la chaleur de l’ eau facilite la dissolution des métaux toxiques comme le plomb.

Pourquoi mon eau ne bouille pas ?

L’Astuce Incontournable Pour Faire Bouillir l’Eau Plus Vite et Économiser de l’Électricité.

Dans le cas de l’ébullition de l’ eau, la pression atmosphérique joue justement un très grand rôle. Ainsi, l’ eau ne bout pas à la même température si elle se trouve dans une banale cuisine, tout en haut d’une montagne ou au fond des abysses.

Est-ce dangereux de boire de l’eau bouillie ?

Eau re-bouillie : quelles substances nocives ? – Pour que les choses soient claires, voici de quelle nature sont les substances dangereuses qui stagnent dans l’eau quand elle est une nouvelle fois portée à ébullition :

  • Des nitrates. Pour rappel, les nitrates sont des substances qui, une fois soumises à des températures élevées, deviennent potentiellement cancérigènes.
  • Du fluorure , qui, à haute dose, devient lui aussi toxique et peut entraîner des problèmes neurologiques.
  • De l’arsenic. Pas besoin d’en dire plus. A part peut-être que l’intoxication à l’arsenic peut être à l’origine de cancers, de pathologies cardiaques, de troubles neurologiques et d’infertilité.

Conclusion  : la prochaine fois que l’eau de notre bouilloire ou de notre casserole a refroidi, surtout, on ne la remet pas à chauffer. Pour notre santé, on la jette, et on la remplace..

Comment faire pour avoir de l’eau à 60 degrés ?

Frémissement – Pour reconnaitre l’étape du « frémissement », des petites bulles se formeront au fond de votre récipient sans pour autant remonter à la surface. La température ici est aux alentours de 60 à 75°C. Le frémissement est une technique qui permet de pocher certains aliments comme les œufs ou encore les poissons.

Pourquoi les glaçons se forment plus vite avec de l’eau chaude ?

Pourquoi cela? L’explication réside dans le fait que l’ eau structurée est constituée (comme la glace) de feuillets de mailles hexagonales – à la différence que les feuillets ne se superposent pas, ils sont décalés d’une demi-maille (figure 2, ci-dessous).

You might be interested:  Combien De Kilo Une Meule De Fromage?

Comment savoir si l’eau est en ébullition ?

Télécharger l’article Télécharger l’article Faire bouillir de l’eau est une chose tellement courante qu’apprendre à le faire vous aidera en toute situation. Vous voulez faire à manger pour le diner ? Sachez à quel moment mettre votre œuf poché dans l’eau ou quand le sel est réellement nécessaire. Vous partez pour une randonnée en montagne ? Apprenez pourquoi votre nourriture prend beaucoup de temps à cuire et comment rendre l’eau de rivière potable.

  1. 1 Procurez-vous une casserole avec un couvercle. Ce dernier gardera la chaleur dans la casserole et fera bouillir l’eau plus vite. Si vous prenez une grande casserole, l’eau prendra plus de temps à bouillir. Sa forme n’a pas vraiment d’importance  [1].
  2. 2 Versez de l’eau froide du robinet. Il n’est pas conseillé de boire ou d’utiliser l’eau chaude qui provient des robinets pour cuisiner  [2]. Choisissez plutôt d’utiliser de l’eau froide. Ne remplissez pas entièrement votre casserole : l’eau pourrait vous éclabousser lorsqu’elle bouillira et vous aurez besoin d’espace pour la nourriture que vous voulez faire cuire.
    • Ne croyez pas cette vieille légende qui dit que l’eau froide bouille plus vite que l’eau chaude  [3]. L’eau froide est plus saine, mais elle prendra plus de temps à bouillir.
  3. 3 Ajoutez du sel pour assaisonner (facultatif). Il n’aura aucun effet sur la température d’ébullition, même si vous en mettez assez pour transformer l’eau en eau de mer  [4]  ! N’ajoutez le sel que pour assaisonner vos aliments, surtout s’il s’agit de pâtes : elles l’absorberont en même temps que l’eau.
    • Vous verrez probablement quelques bulles apparaitre dès que vous mettrez du sel. C’est amusant, mais ça n’a aucun impact sur la température de l’eau  [5].
    • Mettez du sel lorsque vous faites bouillir des œufs. Si leur coquille craque, le sel aidera le blanc à se solidifier en comblant les trous  [6].
  4. 4 Posez la casserole au-dessus du feu. Mettez-la sur la gazinière et allumez le bruleur sur feu vif. Couvrez la casserole pour que l’eau arrive plus vite à ébullition.
  5. 5 Apprenez à connaitre les stades de l’ébullition. La plupart des recettes vous indiqueront soit de laisser mijoter, soit de faire bouillir. Apprenez à reconnaitre ces stades ainsi que quelques options supplémentaires qui vous aideront à obtenir la température idéale  [7].
    • Le frémissement : de petites bulles apparaissent au fond de la casserole, mais elles ne remontent pas à la surface. Cette dernière frémit légèrement. Cela arrive aux alentours de 60-75 °C, la bonne température pour pocher des œufs , pocher des fruits ou pour pocher du poisson.
    • Le mijotement léger : quelques petites vagues de bulles s’élèvent, mais la plus grosse partie de l’eau ne bouge pas. Elle avoisine les 75 à 90 °C et l’on peut l’utiliser pour faire un ragout ou faire braiser de la viande ,
    • Le mijotement : des bulles plus ou moins petites apparaissent souvent à la surface dans toute la casserole. Enrte 90 et 100 °C, vous pouvez faire cuire des légumes à la vapeur ou faire fondre du chocolat en fonction de si vous voulez manger sain ou pas.
    • L’ébullition : il y a de la vapeur et un mouvement perpétuel qui ne s’interrompt pas lorsque vous remuez l’eau. Il s’agit du stade le plus chaud que votre eau peut atteindre : 100 °C. À cette température, vous pouvez faire cuire des pâtes.
  6. 6 Ajoutez vos aliments. Si vous avez l’intention de faire bouillir de la nourriture dans cette eau, ajoutez-la maintenant. Des aliments froids feront baisser la température de l’eau et la feront probablement revenir à un des stades précédents. Ce n’est pas un problème : laissez simplement le bruleur allumé sur feu moyen à vif jusqu’à ce que l’eau revienne à un stade satisfaisant.
    • N’ajoutez pas la nourriture avant que l’eau soit chaude, sauf si la recette vous dit de le faire. Faire cela complique l’estimation de la durée de cuisson et peut avoir des effets inattendus. Par exemple, la viande sera plus dure et aura moins de gout si on l’expose à de l’eau froide pendant sa cuisson  [8].
  7. 7 Diminuez la puissance du feu. Une forte chaleur est utile si vous voulez que l’eau arrive à ébullition rapidement. Dès que vous aurez obtenu le résultat désiré, réglez le bruleur sur feu moyen (pour que l’eau bouille) ou sur feu doux (pour que l’eau mijote). Une fois que l’eau bout de façon constante, davantage de chaleur ne fera que lui faire quitter son ébullition plus rapidement.
    • Vérifiez régulièrement la casserole lors des premières minutes afin de vous assurer que l’eau est stable.
    • Lorsque vous faites de la soupe ou tout autre plat qui doit mijoter pendant une longue durée, laissez le couvercle légèrement entrouvert. Le fermer entièrement donnera une température trop chaude pour ce genre de recette.

    Publicité

  1. 1 Faites bouillir de l’eau pour tuer les bactéries et tout autre agent pathogène. Presque tous les microorganismes dangereux qui se trouvent dans l’eau mourront lorsqu’elle sera chauffée  [9]. La faire bouillir ne la débarrassera pas des produits chimiques qu’elle contient  [10].
    • Si l’eau est trouble, filtrez-la pour enlever les saletés qu’elle contient.
  2. 2 Portez-la à ébullition. C’est la chaleur qui tue les microorganismes, pas l’ébullition en elle-même. Cependant, sans un thermomètre, l’ébullition constante est la seule façon de savoir que l’eau est assez chaude. Attendez qu’elle émette de la vapeur et qu’elle soit agitée. Tous les organismes dangereux seront alors morts  [11] [12].
  3. 3 Continuez de la faire bouillir pendant 2 à 3 minutes (facultatif). Si vous voulez être prudent, laissez-la bouillir pendant 1 minute (comptez lentement jusqu’à 60). Si vous vous trouvez à plus de 2 000 m au-dessus du niveau de la mer, laissez-la bouillir pendant 3 minutes (comptez lentement jusqu’à 180  [13] ).
    • L’eau bout à une température moindre en altitude. Cette eau légèrement plus fraiche prend un peu plus de temps pour tuer les organismes.
  4. 4 Laissez-la refroidir et stockez-la dans des récipients hermétiques. Même lorsqu’elle aura refroidi, l’eau qui a été portée à ébullition sera potable. Faites en sorte qu’elle soit dans des récipients propres et fermés  [14].
    • L’eau paraitra « fade » par rapport à de l’eau normale parce que l’air qu’elle contenait aura disparu. Pour qu’elle ait meilleur gout, versez-la dans un récipient propre, puis dans un autre. Répétez plusieurs fois  [15]. Elle stockera plus d’eau lorsqu’elle sera versée.
  5. 5 Emportez un appareil portatif pour faire bouillir l’eau lorsque vous voyagez. Si vous avez accès à de l’électricité, emportez une batterie de chauffage électrique. Sinon, prenez un réchaud de camping ou une bouilloire en plus d’une source de carburant ou des batteries.
  6. 6 En dernier recours, laissez des récipients en plastique au soleil. Si vous n’avez aucune solution pour faire bouillir de l’eau, mettez-la dans un récipient en plastique et propre. Laissez-la au soleil pendant au moins six heures. Cela tuera les bactéries, mais ce n’est pas aussi fiable que de la faire bouillir  [16]. Publicité
  1. 1 Mettez-la dans un bol qui peut aller au microonde. Si vous n’en trouvez pas, choisissez des récipients en verre ou en céramique qui ne présentent pas de peinture métallique. Pour les tester, laissez-les vides et mettez-les au microonde, près d’un bol d’eau. Lancez votre microonde pendant une minute. Si vos conteneurs sont chauds au bout d’une minute, c’est qu’ils ne peuvent pas aller au microonde  [17].
    • Pour plus de sécurité, utilisez un récipient qui présente une rayure ou un renfoncement au niveau de sa surface intérieure (en termes scientifiques, une zone de nucléation). Cette zone aide l’eau à faire des bulles et réduit ainsi le risque (déjà minime) d’une explosion due à une « surchauffe  [18]  ».
  2. 2 Mettez un objet qui résiste au microonde dans l’eau. Il aidera également cette dernière à faire des bulles. Optez pour une baguette, une cuillère en bois ou un bâton de glace. Si le fait que l’eau soit aromatisée ne vous dérange pas, une cuillère de sel ou de sucre devrait suffire  [19].
    • Évitez les objets en plastique : ils seront trop souples pour que des bulles se forment.
  3. 3 Mettez l’eau dans le microonde. Dans la plupart des microondes, les bords du plateau rotatif chauffent plus vite que son centre  [20].
  4. 4 Chauffez par intervalles courts en remuant régulièrement. Pour plus de sécurité, jetez un œil aux durées de chauffage recommandées pour l’eau dans le manuel de votre appareil. S’il n’y en a pas, essayez de chauffer à des intervalles d’une minute. Remuez bien l’eau après chaque intervalle, puis retirez-la du microonde pour pouvoir tester sa température.
    • Si elle est encore froide au bout de quelques minutes, rallongez la durée de chaque intervalle de 1 ou 2 minutes. La durée totale dépend de la puissance de votre appareil et de la quantité d’eau que vous voulez faire bouillir.
    • Ne vous attendez pas à ce que l’eau soit en ébullition. Elle bouillira sans que cela soit visible.

    Publicité

  1. 1 Comprenez les effets de l’altitude. Lorsqu’on s’élève au-dessus du niveau de la mer, l’air devient de plus en plus rare. Lorsqu’il y a moins de molécules d’air pour exercer une pression sur l’eau, chaque molécule peut plus facilement s’éloigner des autres et pénétrer l’air. En d’autres termes, une chaleur moindre suffit à faire bouillir de l’eau.
    • Si vous vous situez à moins de 600 mètres d’altitude, ne vous inquiétez pas de cet effet.
  2. 2 Mettez plus d’eau. Comme les liquides s’évaporent plus vite à haute altitude, vous devrez mettre un peu plus d’eau pour compenser. Si vous avez l’intention de faire cuire des aliments dans cette eau, ajoutez encore plus d’eau. Les aliments devront cuire plus longtemps, donc, davantage d’eau s’évaporera par rapport à l’altitude.
  3. 3 Faites bouillir plus longtemps. Vous pouvez faire cuire les aliments plus longtemps pour contrecarrer les températures plus basses. Voici une règle simple à respecter  [21]  :
    • si votre recette nécessite moins de 20 minutes d’ébullition au niveau de la mer, ajoutez 1 minute à la durée de cuisson pour 300 mètres d’altitude,
    • si elle nécessite plus de 20 minutes d’ébullition au niveau de la mer, ajoutez 2 minutes pour 300 mètres d’altitude.
  4. 4 Pensez à utiliser un autocuiseur. Par des altitudes particulièrement élevées, faire cuire des aliments dans de l’eau bouillante peut prendre énormément de temps. Faites plutôt bouillir votre eau dans un autocuiseur. Il capturera l’eau sous son couvercle hermétique et augmentera la pression pour qu’elle atteigne des températures plus hautes. Publicité

Quand l’eau bout ou boue ?

Publié le 11/04/2007 à 06:00 , Mis à jour le 15/10/2007 à 01:36 DR L’EAU nous en fait voir de toutes les couleurs. Sous son apparente simplicité se cachent de véritables casse-tête pour les scientifiques. Et quand elle se met dans tous ses états, elle est capable de.

  • L’EAU nous en fait voir de toutes les couleurs;
  • Sous son apparente simplicité se cachent de véritables casse-tête pour les scientifiques;
  • Et quand elle se met dans tous ses états, elle est capable de prouesses exceptionnelles;

Elle s’est ainsi récemment révélée capable de se transformer en glace à des températures supérieures à celles qui règnent à l’intérieur du soleil. C’est dans la « Z machine » des laboratoires Sandia d’Albuquerque que les chercheurs ont eu la surprise de voir apparaître ces glaçons ultrachauds en soumettant de l’eau à des pressions supérieures à 70 000 atmosphères.

On connaissait déjà onze autres moyens de faire de la glace en faisant varier les températures et les pressions. On est loin des trois phases de l’eau que nous, pauvres mortels, con­naissons, la solide, la liquide, la gazeuse.

Et on est toujours incapable de prédire exactement comment l’eau va se comporter dans des conditions extrêmes. Mais nul besoin d’instruments aussi sophistiqués que la « Z machine » pour qu’elle se révèle insaisissable. Ainsi, la détermination de son point d’ébullition n’est pas aussi simple qu’il y paraît.

«  L’eau bout à 100 °C à la pression atmosphérique normale  », nous a-t-on appris. Pourquoi l’eau bout-elle à 100° et gèle-t-elle à 0° ? Parce que c’est ainsi qu’au début du XVIII e  siècle, le Suédois Anders Celsius a défini son échelle de température.

D’ailleurs, au départ, le 0 de son échelle marquait le point d’ébullition et le 100 le point de congélation. C’est Linné en 1745 qui proposa d’inverser l’échel­le. Et les degrés de température ne de­vinrent internationalement Celsius qu’en 1948. Entre ces dates, la température d’ébullition de l’eau fit couler beaucoup d’encre.

  • Un scientifique anglais de l’University College London, Hasok Chang, s’est amusé à revisiter l’histoire de la détermination de ce point d’ébullition ( Endeavour , mars 2007);
  • Il fait partir son récit dans les rues de Genève, dans les années 1770;

Là, Jean-André De Luc, un savant suisse de l’époque – météorologue, physicien, géologue, théologien et homme d’affaires – parcourt les rues en agitant une flasque d’eau munie d’un thermomètre scellé. Son but, extraire tout l’air dissous dans l’eau. Comme beaucoup d’autres, il est à la recherche de ce qu’il appelle la « vraie ébullition ».

  • Pendant quatre semaines donc, il agite sa flasque toute la journée;
  • Et constate alors que cette eau « dégazéifiée » se vaporise à;
  • 112 °C;
  • Cinq ans plus tard, il fait partie à Londres d’un comité chargé par la Royal Society de faire des recommandations définitives pour fixer les points de référence des thermomètres;

Les sept membres de ce comité examinent donc toutes les causes susceptibles de faire varier la température d’ébullition de l’eau. Et devant la kyrielle d’éléments « perturbateurs », pression, impuretés, air, source de chaleur, le comité décide de prendre pour température de référence celle de la vapeur d’eau au-dessus de l’eau bouillante.

Même si la température de cette dernière est de 103°, 105° ou 110°, la vapeur est toujours, à quelques dixièmes près, à 100°. « La chambre à brouillard » C’est le physicien et chimiste français Joseph-Louis Gay-Lussac qui, en 1810, rouvre les hostilités sur le front de la température d’ébullition de l’eau en mettant en évidence les « effets de surface ».

Il montre que suivant la nature du récipient, verre (101,2°) ou métal (100°) par exemple, toutes choses étant égales par ailleurs, la température d’ébullition change. De nombreux chercheurs s’amusèrent, par la suite, à obtenir des températures d’ébullition de plus en plus hautes, allant même jusqu’à 200°.

Heureusement, la température de la vapeur de l’eau bouillante restait fermement accrochée aux 100°. Mais bientôt, il fut démontré que, là aussi, la température pouvait varier. Le météorologue écossais John Aitken montra que la vapeur pouvait être « sursaturée » et être à une température inférieure au point d’ébullition sans pour autant se condenser.

Et Aitken pointe du doigt l’importance des poussières présentes dans l’air qui aident à déclencher la condensation. Des phénomènes qui sont au coeur de l’apparition des brumes, brouillards, nuages. Et qui ont permis à Charles Wilson d’inventer, en 1912, la « chambre à brouillard », outil d’étude des particules physiques.

Quand une particule traverse cette chambre remplie de vapeurs sursaturées, son trajet apparaît car la particule déclenche une condensation tout au long de son chemin. Toutes ces études ont donc montré que la température d’ébullition de l’eau n’était pas fixe et qu’elle ne bout que rarement à 100°.

Paradoxe, ces mesures ont été effectuées avec des thermomètres « réglés » sur cette température fluctuante. C’est que ces études ont également montré qu’en respectant certaines conditions, on pouvait obtenir des températures reproductibles. Et donc étalonner les thermomètres.

Author: Delmare Gareau
Comment Faire Bouillir De L’Eau Plus Vite?