Comment Emballer Du Fromage Pour Voyager?

Comment Emballer Du Fromage Pour Voyager

Les méthodes de conservation du fromage – Une première méthode de conservation du fromage est l’usage du Tupperware®. Il s’agit en réalité d’utiliser une boîte en plastique dotée d’un couvercle qui assure sa fermeture hermétique. Cette boite permet de conserver les aliments comme le fromage à la température ambiante. S’il reste à l’abri, cet accessoire garde le produit laitier à l’abri de la moisissure durant plusieurs jours.

La deuxième méthode de conservation est la mise  sous vide. Cette technique consiste à ranger le fromage dans un sac plastique, puis retirer la totalité de l’air qu’il contient. Mettre sous vide un produit laitier comme le fromage de chèvre aide à conserver toute sa texture durant le transport.

Cette méthode s’avère plus hygiénique, car une fois que l’air est retiré les bactéries ne peuvent plus provoquer la détérioration du fromage. Pour cela, vous pouvez vous adresser directement au fromager, le faire chez vous grâce à une machine ou de façon manuelle en aspirant l’air du sac avec votre bouche.

  1. Une troisième astuce est l’usage du papier aluminium pour emballer le fromage;
  2. Cette méthode a pour avantage d’emprisonner l’odeur du produit à l’intérieur de l’emballage;
  3. De même, le papier aluminium préserve cet aliment de l’humidité, des bactéries, mais aussi des gaz;

En revanche, cette astuce ne peut pas être utilisée sur de longues périodes ou avec des fromages trop coulants.

Comment transporter le fromage en avion ?

Du fromage en bagage cabine : c’est possible, sous conditions ! – Ce qu’il faut retenir, en matière de fromage, c’est que tous les fromages à pâte dure et cuite sont autorisés en cabine. Vous pourrez donc emmener du Beaufort, de l’Emmental, du Comté… Pour éviter de transformer la cabine en fromagerie et de faire passer un mauvais moment à tous les passagers, nous vous conseillons de transporter votre fromage sous vide en avion dans un contenant hermétiquement fermé.

Comment transporter du fromage en avion en soute ?

Publié dans Avion. Affichages : 37162 Quand on est invité chez des amis à l’étranger, un petit cadeau sur certains de nos produits du terroir est toujours apprécié. Ce n’est pas très compliqué de transporter du fromage ou du vin dans vos bagages en suivant nos recommandations. Tout d’abord, les règles ne sont pas les mêmes en fonction du pays. Elles sont beaucoup plus strictes pour les Etats Unis. Dans tous les cas, les produits alimentaires seront rangés dans votre valise destinée à la soute à bagage.

En aucun cas vous ne pouvez les transporter dans votre bagage de cabine. Sauf si vous achetez avant l’embarquement des produits achetés au duty free shop. Dans les autres pays vous pouvez emporter en petite quantité du vin et ou du  fromage.

Pour le vin mettez le dans une boite en bois qui absorbera les chocs. Le fromage mettez le dans une boite en plastique étanche. L’idéal est de demander à son fromager de vous faire un petit paquet sous vide. Pour les Etats Unis  Vous devez remplir un formulaire ( lien ici ) en indiquant les produits que vous voulez transporter et seulement les produits autorisés. Charcuterie : Les saucissons, le jambon , les viandes fumées ou séchées sont interdites. Par contre, les conserves contenant du porc ou de la volaille sont autorisées. Celles contenant du mouton ou du boeuf sont interdites. Le foie gras est autorisé en conserve ou dans un bocal hermétique sous vide. Il est préférable de déclarer vos aliments sinon vous risquez une amende pour violation entre 1000 et 60.

Est-ce que le fromage passe en bagage à main ?

Oui sans problème. Comme pour les pays de l’Union Européenne, vous pouvez même prendre du fromage à pâte dure en cabine. Pour les autres fromages, il faudra les mettre en soute, bien les emballer et les déclarer, si vous ne voulez pas risquer de payer une amende entre 1 000 et 60 000 dollars!.

Quel emballage pour fromage ?

Nous vous conseillons également le papier duplex ou le papier toplex qui comporte une couche de film polyéthylène qui permet de faire barrière contre les graisses. Ces papiers pour fromage permettent à la fois le transport en toute sécurité de vos fromages, mais aussi une meilleure conservation.

Pourquoi le fromage est interdit en avion ?

Le fromage à la crème ( fromage frais) contient beaucoup d’eau et entre donc également dans la catégorie des liquides dans les bagages à main et est donc interdit dans les bagages à main.

Quels sont les aliments interdits en soute ?

Quel fromage en soute ?

Nous sommes des Français aux Etats-Unis, certes, mais nous sommes avant tout français. Et comme tout Français, nous avons tendance à oublier qu’il y a des règles. En pensant à cela, French Morning a décidé d’inaugurer une nouvelle rubrique: le “Qu’est-ce que je risque”?  Pour notre premier article, nous nous demandons ce que nous risquons à rapporter de la charcuterie ou du fromage de France.

  1. Bien entendu, aucun de vous n’a été tenté de le faire;
  2. Faut-il déclarer tous les aliments que l’on transporte dans sa valise ?  En principe oui, que ces aliments soient autorisés ou non;
  3. Peut-on me confisquer un fromage ?  Les fromages à pâte dure et cuite sont autorisés : vous pouvez faire le plein de comté, raclette, beaufort, cantal, emmental… (mais faites-les voyager en soute, s’il-vous-plait);

Les  fromages à pâte molle (camembert, brie, pont l’évêque, chèvre, feta…) pasteurisés sont aussi autorisés, comme nous l’a confirmé le service de presse de l’US Customs and Border Protection, qui se base sur ce document de l’USDA. En revanche, les fromages à pâte molle non pasteurisés  sont interdits.

  1. Peut-on me confisquer ma charcuterie ou mon foie gras ?  Les saucissons, jambons, ou tout type de viande fraiche, fumée ou séchée sont interdits;
  2. En revanche, les conserves de viande – pâtés, terrines – passeront la douane… dans la plupart des cas;

En effet, les conserves à base de volaille ou de porc sont autorisées, mais ce n’est pas le cas pour celles qui contiennent du boeuf ou du mouton. Pour le foie gras, il n’y a pas de problème , à partir du moment où il est en conserve ou en bocal hermétique sous vide.

  1. Puis-je avoir une amende  ? Si vous l’avez déclaré, on vous demandera juste de laisser votre Bleu d’Auvergne non pasteurisé aux douaniers (qui le détruiront);
  2. Mais si, à la suite d’une fouille, le service des douanes trouve un aliment non autorisé et non déclaré, il peut vous attribuer une amende;

Et pas une petite : les pénalités sont comprises entre 1. 100 et 60. 000 dollars par violation..

Comment conserver le fromage sous vide ?

Principe de l’emballage sous vide – L’emballage sous vide répond à de nouvelles problématiques actuelles que sont le gaspillage et les modes de consommation éco-responsable. Cette technique très prisée est également due aux nouveaux modes de consommation, la livraison d’aliments se démocratise et les méthodes de conservation doivent s’adapter pour permettre aux aliments, qui subissent un transport plus long, de garder toutes leurs saveurs et préserver ainsi les caractéristiques propres à chaque fromage.

Quel fromage ramener ?

Quels sont les fromages susceptibles d’être contaminés par la Listeria ? – Voici la liste des fromages concernés par les différents rappels : 

  • Bleu du Vercors Sassenage. Les lots commercialisés entre le 18 novembre et le 13 décembre doivent être détruits ou ramenés en magasin dans les plus brefs délais.
  • Tomme de brebis 150g. Le lot uf200, dont le code-barres est 3263859364410, a été commercialisé entre le 18 octobre et le 13 décembre. Le site Rappel Conso vous invite à le ramener rapidement en point de ventre afin d’obtenir un remboursement.
  • Saint Anne, Sauvinat, Bourdon, Salamandre, Mardelles, Le Cygne 500g, Le Cygne 1 kg. Ces fromages, de la marque Fromagerie du Lac, ont tous été commercialisés entre le 24 novembre et le 11 décembre. Ils portent le numéro de lot 2211.
  • Saint Nectaire AOP laitier. Le lot GF044GFA, dont le code-barres est 3573230010868, a été commercialisé du 3 au 9 décembre 2021 et doit être ramené en magasin rapidement.
  • Carré de neufchâtel AOP. Les fromages comportant le numéro de lot 325, commercialisés entre le 1er et le 16 décembre 2021, font l’objet d’un rappel. Ramenez-les en magasin pour être remboursé.
  • Pont l’Evêque AOP lait cru. La portion de 200g dont le code-barres est 0202096000000 doit être ramené en magasin.
  • Petit Léoncel. Le fromage de la marque Petit Léoncel dont le numéro de lot est le 326 a été commercialisé du 25 décembre au 9 décembre, et doit être rapporté.
  • Reblochon de Savoie Fermier AOP. Le fromage de la marque Monoprix Gourmet porte le numéro de lot 17061221 ou 17061221348. Il s’agit d’une portion de 450 grammes.
  • Reblochon Fermier Pochat Fromages. Ce produit porte le numéro de lot 32603821476.

Pour savoir si l’un de ces produits a été commercialisé dans votre supermarché préféré, consultez la liste dans le diaporama ci-dessous. Les fromages ne sont d’ailleurs pas les seuls produits concernés par les rappels en cette période. Des lots de tarama , produit star de l’apéritif, sont rappelés en ce moment. Si vous les avez achetés, rapportez-les en magasin sans plus attendre..

Quels sont les produits interdits en bagage cabine ?

Produits interdits Objets coupants, tranchants ou pointus, tels que tournevis, ciseaux, couteau (si la lame dépasse 6 cm) Autres objets pouvant blesser, tels que bâton de marche, skate-board. Armes (y compris jouets ou imitations d’armes).

Puis-je emporter de la nourriture en cabine ?

Nourriture en bagage à main : que puis-je emporter avec moi ? – Règles générales pour le transport de denrées alimentaires dans les bagages de cabine et de soute Pour le temps du voyage en avion , nous aimerions souvent emporter quelque chose à manger au cas où nous serions pris par ce qu’on appelle la « petite faim ».

Toutefois, dans une telle situation, la question se pose immédiatement : les denrées alimentaires sont-elles autorisées dans les bagages de cabine ? La réponse à cette question est favorable aux passagers : aucune compagnie aérienne n’interdit le transport de nourriture dans ses bagages de cabine.

Les passagers peuvent également avoir besoin de savoir que la nourriture est autorisée à la fois dans les bagages de cabine et dans les bagages de soute. Dans le cas des bagages enregistrés, nous pouvons transporter presque tout, dans le cadre des normes de sécurité et des dimensions et poids des bagages.

Comment transporter des produits frais en avion ?

Les produits autorisés en cabine Vous pouvez transporter des produits frais comme la viande et la charcuterie à condition qu’ils soient emballés sous vide. Toutefois, tous les aliments solides présentés dans des boîtes de conserve seront refusés à cause de leur opacité.

You might be interested:  Comment Utiliser Un Fond De Tarte?

Comment est conditionné le fromage ?

Description –

  • La présente invention concerne le conditionnement des fromages à pâte molle ou des spécialités fromagères à pâte molle et plus particulièrement des fromages ou des spécialités fromagères à pâte molle et à croûte fleurie.
  • La conservation des produits alimentaires et plus particulièrement des fromages a fait l’objet de nombreuses études qui ont permis de comprendre certains phénomènes physiques ou chimiques essentiels.
  • Il en ressort, notamment, le caractère bien spécifique d’un emballage par rapport au produit alimentaire qu’il concerne. Pour s’en tenir, par exemple, au cas spécifique déjà en soi particulier du fromage, on constate, en se référant à l’ouvrage de référence en la matière : “LE FROMAGE”, coordonné par André ECK, Diffusion Lavoisier, Edition 1984, que le conditionnement fait l’objet de nombreuses variantes, selon le type de fromage : fromages à pâte molle (matériaux végétaux, papiers, matières plastiques, métaux, combinés ou complexes), fromages frais, fromages à pâte molle, fromages fondus. Il est écrit à ce sujet, dans l’ouvrage mentionné, page 360 :
  • “Le matériau utilisé depuis l’origine était exclusivement le bois déroulé, pour le couvercle, les bords et le fond.
  • En Allemagne, plus des trois quarts des boîtes de camembert sont entièrement en carton, le reste étant constitué de boîtes mixtes, c’est-à-dire en carton avec un fond en bois ou en matière plastique. Les boîtes mixtes carton/bois ont été jugées souvent très positivement.
  • Les boîtes à camembert, entièrement en matière plastique, sont plus rares.
  • Ce sont des boîtes ou des fonds de boîts en PVC ou en PS qui se trouvent actuellement sur le marché. Les boîtes en PVC déstinées à l’emballage des pâtes molles, sans emballage interne, n’ont pas donné satisfaction.
  • Les boîtes en polystyrène expansé sont très légères et peuvent ainsi diminuer le poids brut des marchandises transportées. Mais, il ne faut pas oublier que le polystyrène expansé s’avère être un excellent isolant. Ceci peut être un avantage si un fromage bien réfrigéré est emballé sous boîte en polystyrène expansé et transporté sur des distances assez importantes.
  • Par contre, l’affinage du fromage peut être accéléré par un effet de surchauffe”.
  • L’article intitulé “Conditionnement des fromages à pâtes molles”, publié en juin 1985 par Gerd STEHLE dans le n° 999 de la revue LA TECHNIQUE LAITIERE est particulièrement instructif. Il en ressort qu’une bonne conservation des fromages implique un choix convenable de la perméabilité de l’emballage aux gaz, spécialement à l’oxygène à la vapeur d’eau, au gaz carbonique et à l’amoniaque.
  • Par ailleurs et dans un domaine technique différent le document FR 1 397 270 enseigne les conditions de mise en oeuvre d’un film en matière synthétique permettant d’obtenir, dans un emballage le rapport entre la pression d’oxygène et la pression de gaz carbonique assurant la bonne conservation des fruits. Dans le document EP 0 153 215, il est proposé d’améliorer la conservation des produits alimentaires en les plaçant dans des emballages imperméables aux gaz. Après avoir fait le vide dans l’emballage on y injecte un mélange gazeux constitué de quantités substantielles d’anhydride carbonique et d’azote.

    De plus, dans le cas de fromages à pâte molle, il est généralement prévu un emballage supplémentaire extérieur quelquefois dénommé suremballage. Pour des fromages tels que ceux du type camembert, carré de l’est, pont l’évêque, ou équivalent, un tel emballage supplémentaire se présente comme une boîte.

    L’anhydride carbonique produt un effet bactéricide et l’azote un effet antioxydant. Selon le document FR 2 198 700, il est prévu de conserver des produits agricoles en les plaçant dans des sacs à perméabilité sélective munis de fenêtres initialement remplis d’un gaz inerte.

    Selon le document FR 1 567 996, il est proposé un emballage pour la conservation de fruits et légumes comportant des parois étanches aux gaz et, en association avec celles-ci, une membrane en élastomère silicone.

    Une telle membrane vise essentiellement à maintenir les fruits et légumes dans leur état initial, l’atmosphère les environnant étant appauvrie en oxygène et enrichie en gaz carbonique. Toutefois, il s’agit là d’une application bien spécifique dans le domaine technique des fruits et légumes lequel est très différent de celui des fromages.

    • Ainsi, on sait que pour les fruits et légumes on peut envisager des traitements thermiques par le froid ce qui est incompatible pour des fromages tels que ceux considérés ici;
    • De même dans le cas des fruits et légumes on vise à empêcher tout développement de moisissures alors que, au contraire, les fromages à pâte molle contiennent dans leur pâte ou en surface des micro-organismes aérobies dont la vie et un certain développement sont souhaités ce qui exige donc l’apport d’oxygène au contraire de ce qui est prévu pour les fruits et légumes;

    Enfin, dans le cas des fruits et légumes les gaz à contrôler sont principalement l’oxygène et le gaz carbonique alors que la perméabilité à la vapeur d’eau n’est pas même considérée comme déterminente, les membranes mises en oeuvre ayant cependant une résistance importante au passage de la vapeur d’eau.

  • Différentes propositions ont été faites concernant des boîtes de conservation :
  • Les documents FR 1 108 036 et FR 2 049 237 décrivent une boîte à fromage en matière plastique permettant la circulation de l’air extérieur dans la boîte et entre celle-ci et l’extérieur. La boîte selon ce document ne permet pas un contrôle de l’atmosphère entourant le fromage et le passage d’air de l’intérieur à l’extérieur résulte de la coopération du fond et du couvercle.
  • Le document FR 2 517 279 décrit une boîte destinée à la conservation de produits sensibles à la déshydratation, tels que les laitues, qui permet de conserver ces produits dans une atmosphère à forte pression partielle de vapeur d’eau sans qu’ils soient en contact avec l’eau liquide. Mais, ainsi que cela résulte de ce qui précède de tels produits -des légumes- n’ont rien de comparable -fonctionnellement- ­avec des fromages.
  • De l’ensemble de ces études, articles, ou brevets de l’état de la technique, ne peut être déduit un conditionnement de fromage à pâte molle entièrement satisfaisant.
  • Les documents FR 1 108 036 et FR 2 049 237 ne précisent pas expressément et clairement si le fromage est emballé dans un complexe d’emballage, avant d’être placé dans sa boîte formant suremballage : – Si le fromage est placé dans la boîte, sans être emballé au préalable, la libre circulation de l’air prévue entraîne un déssèchement du fromage et une évolution peu satisfaisante incompatible avec la qualité gestative recherchée. – Si le fromage est emballé dans un complexe d’emballage -avant d’être placé dans la boîte- la bonne visualisation du produit n’est plus assurée, et la commodité de manipulation du produit par l’utilisateur n’en est pas amélioré par rapport aux emballages traditionnels.
  • Et, dans un cas comme dans l’autre l’atmosphère entourant le fromage (emballé ou non) n’est que de l’air extérieur, dont la composition n’est pas celle optimale pour la finition de l’affinage lequel se pousuit ou devrait se poursuivre une fois le fromage emballé. Compte-tenu de la réalisation des ces boîtes dans lesquelles le passage d’air de l’intérieur à l’extérieur est réalisé par la coopération du fond et du couvercle conformés spécialement, il n’est même pas possible de prévoir entre eux une membrane a preméabilité sélective.
  • La boîte conforme au document FR 2 517 279 outre que, fondamentalement elle n’est pas destinée au fromage est d’une réalisation complexe et d’un coût élevé. Elle maintient un taux d’humidité excessif qui entraîne une nécrose des mosissures de surface.
  • Le but de l’invention est donc la réalisation d’un conditionnement destiné spécifiquement à un fromage ou spécialité fromagère à pâte molle qui permette en combinaison la poursuite de l’affinage dans les meilleures conditions, la manipulation aisée par le consommateur, une protection et un stockage du fromage améliorés.
  • A cet effet, l’invention propose d’abord un conditionnement de fromage ou spécialité fromagère à pâte molle et plus spécialement à croûte fleurie du type comprenant une boîte limitée généralement par deux faces planes supérieure et inférieure et une paroi latérale formant ceinture d’axe vertical et composée de deux parties, un élément inférieur et un couvercle , autoporteurs, distincts, respectivement associés et séparés dans les états fermé -initial ou ultérieur- et ouvert de la boîte, l’élément inférieur et le couvercle définissant, lorsqu’ils sont associés à l’état fermé, un logement intérieur de dimension sensiblement supérieure à celle du fromage ou spécialité fromagère, dans lequel ce dernier peut être logé, une circulation gazeuse autour de celui-ci étant possible, caractérisé par le fait que, en combinaison :. le matériau constitutif de l’élément inférieur et du couvercle est substantiellement étanche aux gaz et à la vapeur d’eau ;. l’élément inférieur et le couvercle sont agencés pour coopérer à l’état fermé de façon substantiellement étanche aux gaz et à la vapeur d’eau ;. il comporte, dans l’élément inférieur, une plaque d’interface inférieure servant de support au fromage ou spécialité fromagère, par sa face inférieure la dite plaque d’interface étant hydroabsorbante et poreuse de manière à fonctionnellement assurer d’une part la ventilation de la face inférieure du fromage ou spécialité fromagère et, d’autre part, l’absorption d’une partie au moins de son humidité ;
  • Ce conditionnement constituant, en combinaison, un emballage-suremballage dans lequel le fromage ou spédcialité fromagère peut être conditionné nu et directement en permettant la poursuite de son affinage.
  • L’invention concerne, ensuite, un tel fromage ou spécialité fromagère ainsi conditionné.
  • Il doit être souligné ici l’application particulière et spécifique de conditionnement considéré. Si on considère une forme de réalisation possible d’un tel conditionnement, on constate que le fromage ou spécialité fromagère conditionné peut être conditonné directement et nu dans un tel conditionnement, sans avoir été emballé préalablement de façon conventionnelle pour ce type de produit dans un papier (ou équivalent) d’emballage.

    Dans le cas de fromages considérés, l’étanchéité à la vapeur d’eau est au contraire délibérément recherchée en relation avec l’activité des moisissures. l’élément inférieur et/ou le couvercle comporte au moins une fenêtre fermée par une membrane à perméabilité sélective, de nature et dimension aptes à permettre la constitution autour du fromage ou spécialité fromagère d’un espace libre pour un milieu gazeux de composition -notamment en vapeur d’eau, oxygène, gaz carbonique, amoniaque- apte à l’affinage du fromage ou spécialité fromagère conditionné, les échanges de gaz et de vapeur d’eau entre le logement intérieur et l’atmosphère ambiante extérieure intervenant substantiellement à travers la membrane ;.

    Ce conditionnement fait donc fonction, en combinaison, d’emballage et de suremballage. Le fromage ou spécialité fromagère peut être visible ; sa maturation se poursuit -bien que conditionné-; sa flore de surface n’est pas entravée par un papier ou équivalent appliquée sur sa surface ; le produit est bien tenu en place.

  • Les autres caractéristiques et avantages de l’invention résulteront de la description qui suivra, en référence au dessins annexés dans lesquels :
    • – Les figures 1 et 2 sont deux vues schématiques en coupe par un plan axial vertical de deux modes de réalisation du conditionnement selon l’invention, le fromage ou spécialité fromagère étant représenté schématiquement en tiretés.
  • L’invention se rapporte au conditionnement spécifique des fromages ou des spécialités fromagères à pâte molle et plus spécialement à croûte fleurie.
  • De tels fromages ou spécialités fromagères concernés par l’invention sont du type général camembert ou équivalent. Ils ne font pas en tant que tels l’objet de l’invention.
  • De tels fromages ou spécialités fromagères son destinés à être vendus soit individuellement, soit à la coupe. L’invention concerne ces deux variantes auxquelles le conditionnement s’applique parfaitement sa taille étant appropriée à celle du produit conditionné.
  • Un tel fromage ou spécialité fromagère se présente comme un bloc massif, de consistance solide (en l’absence de contraintes extérieure). Ce bloc a par exemple une forme générale parallèlépipédique ou cylindrique limitée par deux faces sensiblement planes normalement supérieure et inférieure respectivement et une paroi latérale s’étendant en direction verticale.
  • Dans le cas préférentiel de mise en oeuvre de l’invention, le fromage ou spécialité fromagère présente une flore de surface, notamment de penicillium candidum.
  • Un tel fromage ou spécialité fromagère constitue donc un produit vivant dont il est souhaitable que l’affinage soit contrôlé jusqu’à la consommation.
  • La technique de l’industrie fromagère enseigne les conditions physico-chimiques souhaitables pour l’affinage (température, hygrométrie et composition gazeuse du l’environnement du produit). On se réfère ici à ces enseignements, sans les développer en détail, d’autant que ces conditions physico-chimiques sont variables mais connues d’un produit à l’autre.
  • Le conditionnement considéré est du type comprenant une boîte 1 limitée généralement par deux faces planes supérieure et inférieure et une paroi latérale 10 formant ceinture d’axe vertical et composée de deux parties, un élément inférieur 4 et un couvercle 5, autoporteurs, distincts, respectivement associés et séparés dans les états fermé -initial ou ultérieur- et ouvert de la boîte 1, l’élément inférieur 4 et le couvercle 5 définissant, lorsqu’ils sont associés à l’état fermé, un logement intérieur 8 de dimension sensiblement supérieure à celle du fromage ou spécialité fromagère 7, dans lequel ce dernier 7 peut être logé, une circulation gazeuse autour de celui-ci 7 étant possible.
  • Selon l’invention, ce conditionnement est tel que, en combinaison :. le matériau constitutif de l’élément inférieur et du couvercle 4, 5 est substantiellement étanche aux gaz et à la vapeur d’eau ;. l’élément inférieur et le couvercle 4, 5 sont agencés pour coopérer à l’état fermé de façon substantiellement étanche aux gaz et à la vapeur d’eau ;.
    1. De tels conditionnements peuvent se rapprocher visuellement des boîtes traditionnelles bien connues pour ce type de produit;
    2. Ils peuvent être empilés et/ou juxtaposés;
    3. Ce conditionnement peut rester fonctionnel après sa première ouverture pourvu qu’il soit convenablement refermé;

    l’élément inférieur 4 et/ou le couvercle 5 comporte au moins une fenêtre 2 fermée par une membrane 3 à perméabilité sélective (aux gaz et à la vapeur d’eau), de nature et dimension aptes à permettre la constitution autour du fromage ou spécialité fromagère 7 d’un espace libre 12 pour un milieu gazeux de composition -notamment en vapeur d’eau, oxygène, gaz carbonique, amoniaque- apte à l’affinage du fromage ou spécialité fromagère 7 conditionné, les échanges de gaz et de vapeur d’eau entre le logement intérieur 8 et l’atmosphère ambiante extérieure intervenant substantiellement à travers la membrane 3;. il comporte, dans l’élément inférieur 4, une plaque d’interface inférieure 6 servant de support au fromage ou spécialité fromagère 7, par sa face inférieure 7a la dite plaque d’interface 6 étant hydroabsorbante et poreuse de manière à fonctionnellement assurer d’une part la ventilation de la face inférieure 7a du fromage ou spécialité fromagère 7 et, d’autre part, l’absorption d’une partie au moins de son humidité ;

  • Ce conditionnement constitue, en combinaison, un emballage-suremballage dans lequel le fromage ou spécialité fromagère 7 peut être conditionné nu et directement tout en permettant la poursuite de son affinage.
  • Préférentiellement, la plaque d’interface 6 est distincte de l’élément inférieur 4 et repose sur le fond 4a de l’élément inférieur 4 pourvu d’une multiplicité de reliefs en creux et saillies aptes à permettre d’une part le maintien de la plaque d’interface 6 et d’autre part sa ventilation.
  • Selon une variante de réalisation préférentielle, une fenêtre 2 est située sur la paroi latérale 10 de la boîte 1, ce qui permet d’une part l’empilage de plusieurs conditionnement et, d’autre part, l’utilisation fonctionnelle, du point de vue visuel de la face supérieure du conditionnement, soit pour le marquage, soit pour la décoration, soit pour permettre la visualisation du fromage ou spécialité fromagère 7, notamment par transparence.
  • L’élément inférieur 4 et le couvercle 5 sont associés l’un à l’autre par des moyens d’association rigide, étanche, amovible mais réutilisable de type bourrelet coopérant avec une gorge, ce bourrelet et cette gorge présentant une certaine flexibilité. Toutefois d’autres moyens d’association fonctionnellement équivalents peuvent être envisagés, tels que ceux connus dans le domaine de l’emballage. La membrane 3 est fixée rigidement et de façon substantiellement étanche autour de la fenêtre 2 par collage, soudage, coincement mécanique ou équivalent.
  • Préférentiellement, la boîte 1 peut avoir visuellement une forme, des dimensions, un aspect rappelant ceux des suremballages de type boîte conventionnelle adaptée aux fromages ou spécialités fromagères considérés. Cela permet alors de combiner une réalisation hautement fonctionnelle dans une conception visuelle traditionnelle. En variante, la forme, les dimensions, l’aspect de la boîte 1 peuvent être indédits. Il est à noter que contrairement aux boîtes traditionnelles de type boîte de camembert dont la forme et les dimensions sont conditionnés par celles du fromage ou spécialité fromagère conditionné, il est possible, selon l’invention, de s’affranchir de celles-ci, notamment parce que le conditionnement n’est pas assujetti étroitement au fromage ou spécialité fromagère mais, au contraire, écarté de celui-ci, du fait de l’espace libre 12.
  • On se réfère, concernant la boîte 1, (et également le fromage ou spécialité fromagère) à des faces planes supérieure et inférieure et une paroi latérale d’axe vertical (ou s’étendant en direction verticale) en considérant la position de repos habituelle d’une telle boîte 1 c’est-à-dire celle ou elle repose avec son élément inférieur 4 en dessous et son couvercle 5 au dessus, tous les deux horizontaux. Cette position de repos servant ici de référence, les autres éléments constitutifs de l’invention sont décrits en rapport. Il va de soi, cependant que la boîte 1 peut être placée en toute position souhaitée (par exemple avec l’axe de la paroi latérale 10 formant ceinture placé horizontalement et non verticalement, c’est-à-dire sur sa tranche).
  • On entend par caractère autoporteur de l’élément inférieur 4 et du couvercle 5, le fait que ceux-ci ont une certaine tenue, une rigidité d’ensemble, par opposition à un état souple, flexible, mou, déformable, sans tenue. Ce caractère autoporteur permet d’emballer efficacement le fromage ou spécialité fromagère afin d’assurer sa protection tout en maintenant l’espace 12.
  • L’état fermé et l’état ouvert correspondent aux situations communément appelées ainsi pour une boîte. A l’état fermé, l’élément inférieur 4 et le couvercle 5 coopèrent l’un avec l’autre pour former un logement intérieur 8 essentiellement inaccessible de l’extérieur. Au contraire à l’état ouvert un tel logement intérieur 8 n’est pas véritablement constitué et il y a un accès à l’intérieur de chacune des deux parties 4, 5.
  • L’état fermé initial est celui dans lequel se trouve la boîte 1 originellement une fois constituée et renfermant le fromage ou spécialité fromagère 7. Cet état correspond par exemple à celui d’un fromage ou spécialité fromagère, 7, se trouvant en vente dans un magasin.
  • L’état fermé ultérieur est celui dans lequel se trouve la boîte 1 fermée lorsqu’elle a été amenée au moins une fois à l’état ouvert. Cet état correspond par exemple à celui du fromage ou spécialité fromagère dejà entamé pour la consommaton mais néanmoins stocké.
  • Le logement intérieur 8 est limité par les différentes parois constitutives de l’élément inférieur 4 et du couvercle 5.
  • Ainsi que cela résulte de ce qui précède, l’espace libre 12 résulte de la différence sensible de dimension entre le logement intérieur 8 et le fromage ou spécialité fromagère 7, la boîte 1 étant plus haute et plus large que le fromage ou la spécialité fromagère 7. Cet espace libre 12 permet la présence d’un milieu gazeux convenable pour la maturation du fromage ou la spécialité fromagère 7 ainsi que sa circulation permanente et donc la ventilation constante du produit ainsi conditionné.
  • L’espace libre 12 a, par exemple, une dimension transversale, entre le fromage ou spécialité fromagère 7 et le conditionnement, de l’ordre de 5mm à 10mm environ.
  • La boîte 1 peut avoir, par exemple, une forme générale parallèlépipédique ou encore cylindrique ou toute autre forme appropriée, convenable.
  • Préférentiellement, le matériau constitutif de l’élément inférieur 4 et du couvercle 5 est une matière plastique. Par exemple, le matériau constitutif de l’élément inférieur 4 et/ou du couvercle 5 est du polychlorure de vinyle.
  • Le cas échéant une partie au moins de la boîte 1, notamment le couvercle 5, la face supérieure, la paroi latérale, est en un matériau transparent. Préférentiellement, le couvercle 5 ou au moins sa face supérieure est transparente. Le caractère transparent permet au consommateur d’apprécier, constater, vérifier le fromage ou spécialité fromagère 7, notamment sa flore de surface et donc son état d’affinage.
  • L’une ou/et l’autre des parties constitutives de la boîte 1 peut être réalisée par injection, thermoformage, moulage ou tout autre procédé. La boîte 1 est préférentiellement semi-rigide de manière à permettre l’association rigide des deux parties constitutives 4, 5 l’une avec l’autre, de façon répétitive.
  • On entend par substantiellement étanche, une étanchéite totale ou presque totale, c’est-à-dire une perméabilité nulle ou très faible donc négligeable par rapport aux besoins normaux du produit emballé.
  • La membrane 3 à perméabilité sélective permet le contrôle des flux gazeux et de vapeur d’eau entre l’intérieur et l’extérieur de la boîte 1 et plus particulièrement le contrôle de la teneur en oxygène, en vapeur d’eau, en gaz carbonique et en ammoniaque, dans le logement intérieur 8.
  • Les développements des micro-organismes de la flore en surface, en particulier du pénicillium candidum, est stimulé par l’oxygène et inhibé par le gaz carbonique. La membrane 3 permet l’élimination d’une partie appropriée du gaz carbonique, l’apport d’oxygène en quantité convenable et le maintien d’un taux d’humidité optimal dans le logement intérieur 8.
  • Une trop faible perméabilité à l’oxygène de la membrane 3 provoquerait un développement trop rapide du pénicillium, donc une évolution trop rapide du fromage ou spécialité fromagère 7. Une trop faible perméabilité à l’oxygène aurait pour conséquence une croissance insuffisante du pénicillium et donc une dégradation du produit conditionné.
  • Une teneur trop élevée en vapeur d’eau dans l’espace interne 8 qui serait créée par une membrane 3 trop étanche favorisant la protéolyse ce qui accélère le processus de dégradation du fromage ou spécialité fromagère aboutissant rapidement à le rendre inconsommable. Au contraire, une teneur trop sèche telle qu’elle serait créée si l’air circulait librement entre l’intérieur et l’extérieur de la boîte 1, la membrane 3 étant totalement perméable à la vapeur d’eau, entraînerait une dessication de la surface du produit conditionné, un accroissement de sa teneur en sel, une croûte dure, une texture trop ferme, un développement insuffisant du pénicillium et donc un affinage incomplet.
  • Le degré hygrométrique recherché pour des fromages ou spécialité fromagère 7 à croûte fleurie tels que ceux visés ici est supérieur à 73% et préférentiellement compris entre 85 et 90%.
  • La nature de la membrane 3 utilisée et la surface de la fenêtre 2 sont donc choisies en fonction du fromage ou spécialité fromagère 7 conditionné pour une maturation optimale, ce choix étant dès lors à la portée de l’homme du métier.
  • Divers films peuvent être utilisés pour constituer une membrane 3 appropriée : films de polypropylène microporeux, films d’ester de cellulose, membranes et laminés en polyetrafluoro-éthylène expansé, films en polycarbonate irradié, en polyéthylène irradié, membranes en polymère de polysulfone et polysulfone sulfoné.
  • La plaque d’interface 6 assure, par sa porosité, une ventilation de la face inférieure 7a du fromage ou spécialité fromagère 7. Cette ventilation peut avoir le même degré que pour les autres faces. Elle permet un développement normal de la flore de surface. D’autre part, la plaque d’interface 6 permet en coopération avec la membrane 3 le maintien d’une partie convenable de l’humidité du fromage ou spécialité fromagère 7.
  • Cette plaque d’interface 6 est constituée d’une feuille ou plaque d’un matériau poreux, hydroabsorbant, non délitable au contact prolongé avec l’humidité.
  • Des matériaux principalement à base de cellulose satisfont ces caractéristiques ; par exemple des feuilles de cellulose non tissées, paraffinées ou non, ou encore des feuilles ou plaques en ouate de cellulose.
  • De préférence la plaque d’interface 6 comporte des motifs ou reliefs sur sa surface qui contribuent à la circulation gazeuse au contact de la surface inférieure 7a du fromage ou spécialité fromagère 7.
  • Préférentiellement et contrairement aux boîtes conventionnelles de type boîte de camembert à paroi latérale double (une pour l’élément inférieur, une pour le couvercle), la paroi latérale 10 est constituée par une unique paroi de l’une des deux parties composant la boîte 1 -fond inférieur 4 ou couvercle 5- l’autre partie -couvercle 5 ou fond inférieur 4- ayant une forme générale plane.
  • Selon une première forme de réalisation (figure 1), la paroi latérale 10 est portée par et est partie intégrante du couvercle 5. La partie inférieure 4 est alors constituée par un socle plat constituant une présentation s’inspirant d’un plateau à fromages. Le couvercle 5 constitue alors une sorte de cloche. Ces deux parties sont scellées l’une à l’autre à l’origine de façon étanche.
  • Selon une seconde forme de réalisation (figure 2), la paroi latérale 10 est portée par la partie inférieure 4. Celle-ci peut être alors fermée de façon étanche par scellage avec un film ou complexe 11 de scellage étanche. Le couvercle 5 recouvrant ce film 11 assure une protection complémentaire et permet la fermeture de la boîte 1 après la première ouverture qui nécessite l’enlèvement du film de scellage 11.
  • Selon autre autre caractéristique, la boîte 1 comporte des structures internes en reliefs 9 assurant le maintien du fromage ou spécialité fromagère 7 écarté de ses faces et parois et la constitution de l’espace libre 12 entourant le fromage ou spécialité fromagère 7.
  • Selon une autre caractéristique du conditionnement considéré, les deux parties 4, 5 sont originellement fermées (à l’état fermé initial) entre elles par scellage substantiellement étanche aux gaz et à la vapeur d’eau. Ce scellage peut résulter de la coopération en vue de l’association rigide de l’élément inférieur 4 et du couvercle 5. Il peut résulter, également de moyens spécifiques. De tels moyens peuvent être du type nécessitant d’être rompus à la première ouverture du conditionnement de telle sorte qu’il apparaît clairement que cette ouverture est intervenue.
    • Par exemple, la boîte 1 peut avoir une forme générale parallèlépipédique alors que le fromage ou spécialité fromagère 7 a une forme générale cylindrique, ou inversement;
    • Elle absorbe une partie importante de l’humidité perdue par le fromage ou spécialité fromagère 7 au début une fois conditionné et la restitue ensuite dans le logement intérieur 8;

    De tels moyens peuvent être, par exemple, un film en matière plastique.

  • Le conditionnement peut donc comporter, en outre, un film 11 en un matériau substantiellement étanche aux gaz et à la vapeur d’eau reliant et associé rigidement à l’élément inférieur 4 et au couvercle 5 en assurant un scellage étanche à l’état fermé initial, ce film 11 étant amovible pour permettre d’ouvrir la boîte 1.
  • L’invention concerne aussi un fromage ou spécialité fromagère 7 de type considéré ainsi conditionné. Selon une caractéristique de l’invention, ce fromage ou spécialité fromagère 7 est conditionné nu et directement dans le conditionnement constituant un emballage-suremballage.
  • Selon un exemple particulier et seulement indicatif de mise en oeuvre de l’invention, le conditionnement est destiné à un fromage 7 à pâte molle à croûte fleurie d’un poids de 125 grammes environ. Le taux d’humidité de ce fromage 7 est de 49% et son rapport matière grasse sur matière sèche est de 56%. Il est introduit dans le conditionnement neuf jours parès sa mise en fabrication. Le matériau constituant la boîte 1 est du polychlorure de vinyle transparent de 500µm d’épaisseur.
  • L’élément inférieur 4 de la boîte 1 est fermé jusqu’à la première ouverture, par un film transparent 11 constitué d’une feuille de polyester de 12 microns d’épaisseur contrecollée sur une feuille de polychlorure de vinyle de 50 microns d’épaisseur.
  • La plaque d’interface 6 est réalisée dans des feuilles gauffrées en fibre de cellulose vierge agglomérée par voie sèche avec du latex alimentaire. Elle pèse 90 grammes au mètre carré.
  • Deux membranes 3 à perméabilité sélective sont réalisées en prolypropylène microporeux. Les pores ont un diamètre d’environ 0,2 microns. Leur perméabilité à l’azote à 23°C avec un différentiel de pression de 0,2 bar est de 1000 litres par heure par m². Leur perméabilité à la vapeur d’eau est de 30°C de 103g par m² et par heure.
  • La boîte comporte deux fenêtres 2 de 10mm de diamètre.

Quel type de fromage est fabriqué à l’envers ?

Le fromage morbier dans le panthéon des fromages français Pourtant, comté et morbier, dont les territoires se recoupent (Jura, Doubs et quelques cantons de l’Ain pour le morbier), sont l’endroit et l’ envers d’un même décor.

Quel fromage en soute ?

Nous sommes des Français aux Etats-Unis, certes, mais nous sommes avant tout français. Et comme tout Français, nous avons tendance à oublier qu’il y a des règles. En pensant à cela, French Morning a décidé d’inaugurer une nouvelle rubrique: le “Qu’est-ce que je risque”?  Pour notre premier article, nous nous demandons ce que nous risquons à rapporter de la charcuterie ou du fromage de France.

Bien entendu, aucun de vous n’a été tenté de le faire. Faut-il déclarer tous les aliments que l’on transporte dans sa valise ?  En principe oui, que ces aliments soient autorisés ou non. Peut-on me confisquer un fromage ?  Les fromages à pâte dure et cuite sont autorisés : vous pouvez faire le plein de comté, raclette, beaufort, cantal, emmental… (mais faites-les voyager en soute, s’il-vous-plait).

Les  fromages à pâte molle (camembert, brie, pont l’évêque, chèvre, feta…) pasteurisés sont aussi autorisés, comme nous l’a confirmé le service de presse de l’US Customs and Border Protection, qui se base sur ce document de l’USDA. En revanche, les fromages à pâte molle non pasteurisés  sont interdits.

  • Peut-on me confisquer ma charcuterie ou mon foie gras ?  Les saucissons, jambons, ou tout type de viande fraiche, fumée ou séchée sont interdits;
  • En revanche, les conserves de viande – pâtés, terrines – passeront la douane… dans la plupart des cas;

En effet, les conserves à base de volaille ou de porc sont autorisées, mais ce n’est pas le cas pour celles qui contiennent du boeuf ou du mouton. Pour le foie gras, il n’y a pas de problème , à partir du moment où il est en conserve ou en bocal hermétique sous vide.

Puis-je avoir une amende  ? Si vous l’avez déclaré, on vous demandera juste de laisser votre Bleu d’Auvergne non pasteurisé aux douaniers (qui le détruiront). Mais si, à la suite d’une fouille, le service des douanes trouve un aliment non autorisé et non déclaré, il peut vous attribuer une amende.

Et pas une petite : les pénalités sont comprises entre 1. 100 et 60. 000 dollars par violation..

Quels aliments Peut-on transporter en cabine ?

Denrées alimentaires : bagages en soute ou en cabine, quelles sont les différences ? – La question est de savoir ce que vous pouvez mettre dans votre bagage en termes d’aliments, dans votre bagage en soute ou en cabine. D’une manière générale, concernant les bagages en soute, il existe assez peu de restrictions, que cela concerne les boissons ou la nourriture solide.

Il faut que ces aliments et boissons soient légaux. Par exemple, si vous voyagez dans l’Union européenne, vous pouvez avoir dans vos valises 90 litres de vin, 10 litres d’alcool fort et 110 litres de bière.

Les produits que vous achetez dans les boutiques de l’aéroport sont autorisés dans l’avion, mais il faut juste faire attention à leur volume. Celui-ci doit correspondre à celui qui est autorisé en bagage cabine. Pour les bagages à main, la sélection sera faite lors des contrôles de sécurité.

Voici quelques repères pour savoir ce que peut contenir votre bagage en cabine : le pain, les barres de céréales, le fromage, le lait en poudre, le lait maternel, les fruits secs et frais, le lait, les légumes et yaourts peuvent vous accompagner.

D’autres aliments sont autorisés dans un sandwich ou un contenant scellé à condition de ne pas dépasser 100 ml. Il s’agit de l’alcool, du beurre, du chocolat, des chips, du fromage à tartiner, du beurre de cacahuète. Enfin, sous la forme congelée, vous pouvez détenir de la glace et des poches de glace.

Tous les liquides sont stockés dans des bouteilles de moins de 100 ml et placés dans des sacs plastiques transparents de moins d’un litre. Il faut tenir compte des produits qui font l’objet de restriction dans le pays que vous vous apprêtez à rejoindre, ces derniers sont alors interdits.

Consultez également les règles imposées par votre compagnie aérienne.

Comment transporter du frais en avion ?

En règle générale, le transport de produits frais est prohibé. Il est recommandé de mettre le produit sous vide et que celui-ci présente une date de péremption lointaine. Dans le cas des États-Unis, elle doit être supérieure à deux ans.

Comment transporter des produits frais en avion ?

En ce qui concerne la nourriture générale, beaucoup de passagers n’osent pas en emporter, car ils ne pensent pas en avoir le droit. Or, il n’y a pas d’interdiction sur les aliments solides, donc il est tout à fait possible de voyager avec des fruits, des biscuits, des noix ou des bonbons.

Author: Delmare Gareau
Comment Emballer Du Fromage Pour Voyager?